Archive pour M. -J. Lagrange

Une toute « nouvelle » biographie du Père Lagrange!

Le Père Louis-Hugues Vincent (1872-1960), archéologue réputé, fut le plus proche disciple et ami du Père Marie-Joseph Lagrange (1855-1938).

Le Père de Vaux avait persuadé le Père Suarez que la publication de la vie du Père Lagrange composée par le Père Vincent pouvait déclencher l’ire des jésuites contre l’Ecole biblique… Aussi la copie conservée aux Archives de l’Ordre à Rome était-elle interdite de communication.

Même pour publier les Souvenirs personnels, il a fallu s’assurer, en communiquant auparavant le texte à l’Institut biblique, que les jésuites ne verraient pas d’empêchement à cette publication. C’est le Père Hamer, alors socius de langue française, qui a été le négociateur. Les menaces sur l’existence même de l’Ecole biblique n’étaient pas illusoires, elles ont duré tant que Fonck a sévi à Rome et que Bea a pris la relève de Fonck, dans la même ligne… La plongée d’Etienne Fouilloux dans les archives du Saint-Office montre combien durable a été l’hostilité de Fonck envers Lagrange. Pour le Père Vincent, le refus de publier son manuscrit fut  une très dure épreuve.

Aujourd’hui, alors que le Père Maurice Gilbert SJ a passé des années a défendre et illustrer l’oeuvre du Père Lagrange, Jésuites et Dominicains collaborent de mille et une façons pour le rayonnement des études bibliques. 

Il était donc grand temps de donner existence éditoriale a l’oeuvre du Père Vincent, dont l’original, inédit, est conservé aux Archives de l’École biblique et archéologique française de Saint-Étienne à Jérusalem.

Merci a L’Association des amis du père Lagrange pour le zèle qu’elle a déployé pour parvenir a cette publication!

Inauguration d’une avenue Père Lagrange à Saint-Maximin

Le 21 juillet 2012, en présence de plusieurs personnalités civiles et ecclésiastiques, a été inaugurée dans la ville de Saint-Maximin (83) l’avenue Père Lagrange.

Le drapeau français est enlevé, la plaque du père Lagrange est là ! Mgr Dominique,Rey, évêque de Fréjus-Toulo, fr David Macaire, Monsieur Alain Pénal, maire de Saint-Maximin. Samedi 21 juillet 2012

Inauguration avenue Père Lagrange à Saint-Maximin

 

Le Père Marie-Joseph Lagrange

(Le Père Lagrange est sur Facebook! )

Marie-Joseph Lagrange, dominicainAlbert Lagrange est né le 7 mars 1855 à Bourg-en-Bresse, dans l’Ain. Il a obtenu son doctorat en droit avant d’entrer chez les Dominicains de la province de Toulouse, où il reçoit le nom de frère Marie-Joseph. Nous sommes en 1879, et le frère Marie-Joseph sera ordonné prêtre en 1883.

L’arrivée à l’École biblique date de l’été 1890, et le Père Lagrange ne chôme pas: fondation de l’École en 1890, de la Revue biblique en 1892, de la collection des Études bibliques en 1898, développement des recherches archéologiques. Toutes ces « créations » deviennent des références qui mettent l’école au contact des scientifiques du monde entier.

On date de ses conférences sur la « méthode historique », données en 1902 à Toulouse, le début des difficultés rencontrées par le P. Lagrange, qui s’inscrivent dans ce que l’on appellera ensuite la crise moderniste. Pendant tout ce temps du soupçon, qui durera presque jusqu’aux années 1930, et qui le conduira entre autres choses à renoncer à publier son commentaire sur la Genèse, ou à s’exiler pendant un an en 1912, le Père Lagrange restera toujours d’une fidélité absolue à l’Église.

Le père Lagrange est mort le 10 mars 1938 à Saint-Maximin (Var). Au lendemain de l’encyclique Divino Afflante Spiritu (1943) et de la Guerre, l’oeuvre et la personnalité du Père Lagrange sont désormais reconnues comme exemplaires. Son corps a été transporté dans le choeur de la basilique Saint-Étienne en 1967. Son procès en béatification a été ouvert en 1988, et l’on espère qu’un miracle reconnu le conduira enfin sur les autels.