Archive pour Actualités

Doctorat Honoris Causa pour le fr. José Loza, O.P.

pepe

Le 25 janvier 2016, le père José “Pepe” Loza Vera, O. P., a reçu le doctorat Honoris Causa en Science Théologique, accordé par l’Université Pontificale du Mexique, ou il a enseigné depuis sa restauration en 1982 jusqu’au présent.

Fr. José naquit à San Miguel el Alto, Jalisco, Mexique en 1942. En 1961 il a fait parti de la première génération de novices de l’ancienne province dominicaine de Saint Jacques (Mexique), qui venait d’être restaurée. Après avoir achevé un MA et une STL au Collège dominicain d’Ottawa, et devenu prêtre (1964-1969), il est arrivé à l’École comme étudiant (1969-1971). Sous la direction du père François Langlamet il rédigea deux mémoires, “Catéchèses étiologiques de l’AT” (RB 1971) et “Éxode 32 et la rédaction yéhoviste” (VT 1973). Au même temps, il a obtenu la Licence en Écriture Sainte du Vatican (1972). Rentré au Mexique, il enseigna à l’Universidad Iberoamericana, le Studium dominicain et à l’Instituto Superior de Estudios Eclesiásticos. En 1983, il arriva à notre École comme enseignant d’ancien testament, notamment le Pentateuque, et d’hébreu biblique pendant 24 ans (1983-2007), se servant toujours des etés pour enseigner en Mexique. De 1987 à 2000, il fut membre de la Commission biblique pontificale, période pendant laquelle elle publia trois documents : Unité et diversité dans l’Église (1989), L’interprétation de la Bible dans l’Église (1993) et Le peuple juif et ses Écritures sacrées dans la Bible chrétienne (2001). Nos felicitations les plus cordiales au frère Pepe!

L’Ecole à l’honneur dans un numéro spécial du FIGARO

figaro

par Michel de Jaeghere

Au coeur de Jérusalem-Est, les dominicains de l’Ecole biblique étudient depuis cent vingt-cinq ans l’Ecriture sainte in situ. L’établissement tient à la fois du couvent, de l’université, de la société savante et du laboratoire.

C’est un îlot de verdure et de silence dans un monde de chaleur , de poussière et de cris. De hauts murs en abritent le secret, au coeur de la ville arabe, à trois cents mètres de la porte de Damas, où les commerçants ambulants apostrophent les chalands pour leur vendre leurs fruits, leurs pâtisseries, leurs pacotilles. Ce fut aussi, peut-être, le lieu de la lapidation de saint Etienne. Chassée de Constantinople par son mari, Théodose II, l’impératrice Eudocie y fit en tout cas construire au Ve siècle une basilique en l’honneur du protomartyr. C’est surtout le plus ancien centre d’études bibliques en Terre sainte, en même temps que la plus riche bibliothèque sur la question : pas moins de cent cinquante mille volumes, quatre cents revues, quatorze mille plaques photographiques numérisées. Une communauté d’une vingtaine de religieux y alterne, au coeur de Jérusalem, le chant de l’office divin avec les plus pointues des recherches scientifiques.

Pour lira la suite, téléchargez l’article

Achetez le numéro du Figaro

Appel à candidature pour une bourse de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres à l’EBAF

aibl

Deux allocations de recherche au titre de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres sont proposées pour un séjour d’un an à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem (EBAF).

En principe, l’une des allocations est réservée à un(e) étudiant(e) de master II, un(e) doctorant(e) ou un(e) post-doctorant(e), de nationalité française ou francophone, accomplissant des recherches dans le domaine de l’archéologie orientale, et plus particulièrement palestinienne, l’autre un(e) étudiant(e) de master II, un(e) doctorant(e) ou un(e) post-doctorant(e), de nationalité française ou francophone, consacrant ses travaux à l’étude des textes bibliques et à la philologie orientale.

Les bénéficiaires de ces des séjours à l’EBAF devront rédiger durant leur séjour un mémoire qu’ils déposeront auprès du secrétariat de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres au plus tard au mois de juillet. Ils peuvent prétendre au titre d’Élève titulaire de l’École biblique s’ils déposent également ce mémoire auprès du Secrétariat de l’École biblique, s’il est accepté par le Conseil académique et s’ils ont assisté régulièrement à au moins deux cours par semestre.

Le montant de l’allocation couvre les frais de pension à l’École biblique pour deux semestres académiques, avec accès libre à la bibliothèque, ainsi que ceux d’inscription aux cours. Les frais de voyage pour se rendre à Jérusalem et de retour en fin de séjour ne sont pas pris en charge.

Les dossiers de candidatures devront être déposés, avant la date limite du vendredi 13 mai 2016, au Secrétariat de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – 23 Quai de Conti – 75006 Paris (tél. 01 44 41 43 10) ou adressés par email à secretariat2@aibl.fr.

Ils doivent rassembler les éléments suivants :

  • une lettre de candidature ;
  • un curriculum vitae détaillé ;
  • une notice de présentation des travaux réalisés et des projets de recherche ;
  • deux ou trois appréciations de professeurs.

Michel ZINK
Secrétaire perpétuel
de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

[source]