Archive pour Etudiant

Bourses d’études

 

IMG_3426

L’École biblique ne donne pas de bourse complète, mais peut offrir un complément de bourse, équivalant à une demi-bourse annuelle d’un montant de 6500,00 €. Ceux qui souhaitent bénéficier d’une bourse décernée par l’Ecole biblique adressent une demande circonstanciée au directeur de l’EBAF, accompagnée d’un dossier adressé au secrétariat de l’EBAF : secretariat.ebaf@gmail.com.

Les demandes de bourses de l’AIBL et des Amis canadiens de l’École biblique doivent être adressées directement à ces organismes.

 

  • Bourse de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (A.I.B.L.)

En vertu d’un financement accordé par le Ministère des Affaires Étrangères et par une fondation privée, deux bourses complètes annuelles sont proposées à des étudiants de nationalité française ou francophone, accomplissant des recherches dans les domaines de l’archéologie orientale, des études bibliques ou de la philologie orientale. Ces étudiants logent obligatoirement à l’EBAF et préparent un mémoire pour l’Académie.

La sélection sur dossiers est faite par l’Académie qui publie un appel à candidatures : http://www.aibl.fr/

 

  • Bourse Saint-Étienne

Deux demi-bourses annuelles sont attribuées par l’EBAF pour un Dominicain ou une Dominicaine préparant une licence ou un doctorat en études bibliques. Demande à adresser à l’EBAF : secretariat.ebaf@gmail.com

  • Bourse de l’Association des Amis et Anciens de l’Ecole Biblique et Archéologique Française de Jérusalem (AAEBAF)

Une demi-bourse annuelle accordée sur dossier de candidature adressé au secrétariat de l’EBAF : secretariat.ebaf@gmail.com

  • Bourse de l’International Dominican Foundation

Une demi-bourse annuelle accordée sur dossier de candidature adressé au secrétariat de l’EBAF : secretariat.ebaf@gmail.com

  • Bourse des Amis Canadiens de l’Ecole biblique

L’association des Amis Canadiens de l’EBAF (CFEB) propose chaque année un soutien financier d’un montant variable pour des étudiants, chercheurs et professeurs canadiens désireux de séjourner à l’EBAF. Procédure : Adresser la candidature à cf.ecolebiblique@gmail.com.

  • Association suisse de Terre sainte

Une demi-bourse annuelle accordée sur dossier de candidature adressé au secrétariat de l’EBAF.

Demande à adresser à l’EBAF : secretariat.ebaf@gmail.com

  • Bourse Gamberoni :

Cette bourse, accordée tous les trois ans, s’adresse :

  • soit à un prêtre du diocèse de Brixen ou de Paderborn désirant préparer un doctorat ès-sciences bibliques de l’EBAF
  • soit à un étudiant d’une université allemande, autrichienne ou suisse, désireux d’étudier une année à l’École Biblique dans le cadre de la rédaction d’un doctorat.

Demande à adresser à l’EBAF : secretariat.ebaf@gmail.com

 

Procédure d’attribution :

Pour tout renseignement, s’adresser au secrétariat de l’Ecole : secretariat.ebaf@gmail.com.

Le dossier de demande doit comprendre une lettre de motivation, un curriculum vitae et deux lettres de recommandation par des personnes qualifiées.

Ce dossier doit être adressé entre octobre et fin février.

La réponse sera donnée au plus tard au 31 mars.

Three Students Revist Their Semester in Jerusalem

Doctoral students writing theses or at the end of their studies in biblical theology and exegesis, Nathalie, Fr. Stéphane and Fr. Martin lived and studied at the École Biblique from October 2016 to the end of January 2017. Residents of the School and users of our research library, they explain their approaches and the fruits of their stay.

IMG_3496Father Stéphane Blin, a priest from the Diocese of Nantes (France) for 10 years, is a 2nd year Masters student in Sacred Scripture at the Institut Catholique de Paris. He is working on « the meaning of the sword in the pericope of the prophecy of Simeon to Mary » (Luke 2:35).

  • Why did you come to the École biblique?

The prospect of being in Jerusalem, in the historic cradle of Judaism and Christianity, the idea of ​​being able to familiarize myself with the country and then later return with pilgrimages from my diocese, that was one of the reason that attracted me ; but also the fact of living with other biblicists and researchers, which I did not enjoy in Paris. I was happy to be able to immerse myself in this biblical framework.

  • What were you studying at the School?

I followed the course of topography and history of the ancient Near East with Fr. Dominique-Marie Cabaret OP, the Hebrew and Ancient Greek courses of Fr. Marc Leroy OP and Christophe Rico. I also took advantage of the courses of fr. Étienne Nodet OP on the primitive Church and its currents of the 1st century.

  • What did you appreciate most for your research?

The library is a valuable asset of the Ecole. I really benefited from having easy, permanent and optimal access. These are very favorable conditions for scientific, long-term work. The atmosphere is stimulating for work. It also served my relationship to the Bible, my openness to scripture, to frequent researchers in other fields. For example, Mathieu Beaud, who works as an art historian doctor for the project Bible In Its Traditions and who told me about my subject in the iconographic field.

Living in Jerusalem is also an opportunity to open up to the universality of the Church, with the local Churches. We also enjoy a particularly pleasant setting and a fraternal life that I loved.


Portrait Nathalie Derore-MartinNathalie Derore-Martin, in the second year of her thesis at the Institut Catholique de Paris under the direction of Olivier Arthus, is doing a PhD in Holy Scripture. She works on « Identity issues and irony in chapters 3 and 4 of the first Epistle of St. Paul to the Corinthians ». She is also responsible for Catholic theological work and has 26 years as a professor of classical literature in priority education zones.

  • Why did you come to the École biblique?

I had already completed the 2nd semester in 2015, I wanted to come to finish my cycle, notably to take advantage of the course of topography but also for my thesis work. Originally I had heard about the École biblique from students of the Institut Catholique and I was encouraged by my thesis supervisor to go there. I had a real desire to be on the ground, in the footsteps of Saint Paul, to better realize the problems of the primitive Church here. I also came to develop my skills in ancient Greek at the Polis University in Jerusalem and with Christophe Rico (teacher of the School, ed), to better understand his method, being myself a teacher of biblical Greek in Paris.

  • What were you studying at the School?

I took the course of Fr. Étienne Nodet OP on the Primitive Churches, the course of Christophe Rico on the Greek in the 4th Gospel, the course of topography of Fr. Dominique-Marie Cabaret OP, the seminar Archeology and Bible animated by Rosemary Le Bohec, Fr. Lukasz Popko OP and Dominique-Marie Cabaret OP. I was also a student of Fr. Jorge Vargas OP in Biblical Hebrew and I took the courses of Greek II and Greek III. It was actually very intense. After this semester I realized that I may have had to restrict myself a little in my choices to have more time for my research … there are too many choices here!

  • What did you appreciate most for your research?

I really enjoyed the flexibility of access to the library, the proximity of the professors, the fruitful exchanges with visitors and students. There are always researchers whose subjects intersected with mine, both in the New Testament and especially on Saint Paul. It’s unique to have a table for yourself in a library provided like this. I also appreciated the good internal atmosphere that allows time for relaxation and sharing. It also gives courage to work.

Indirectly, the topography course brought me a lot for certain things: for my research I needed to understand the distances between the places, the tensions at the time, the duration of sailing for Saint Paul for example …

Portrait P. Martin GuyotFather Martin Guyot has been a priest for more than two years, incardinated in the diocese of Versailles, he is a member of the Emmanuel community. He finished this year his canonical license in Sacred Scripture of the Pontifical Biblical Institute of Rome (Biblicum), concluded by a semester in Jerusalem.

  • Why did you come to the Ecole biblique?

I wanted to pass through Jerusalem during my studies. The partnership with the Biblicum concerned the last semester of studies, which for various reasons suited me perfectly. I must also admit that after 2 years in Rome I was happy to be able to train again in French!

I was especially looking for the archaeological aspect of the Holy Land, being on the spot and being able to access the researchers, those who search and know the files here, rather than in a classroom in Rome … I wanted to take advantage of this systematic approach to the country over a long period, to be able to see the places alone, to show them to visiters. It was important for me.

  • What were you studying at the Ecole?

I was attending a course entitled « A Book of the Four », a forerunner of the twelve little prophets, studies on Hosea, Amos, Micah and Zephaniah given by Fr. Marc Leroy OP, the course on the Book of Judges of fr. Martin Staszak OP, a course on Confession of Sins in the Old Testament given by Fr. Maurice Gilbert SJ, a course by Fr. Anthony Giambrone OP titled Luke-Acts in the Context of Greco-Roman Historiography, the course of topography and introduction to the history of the Near East of fr. Dominique-Marie Cabaret OP, a seminar on the archeology of Qumran given by Fr. Jean-Baptiste Humbert OP and finally the seminary of fr. Cabaret on the urbanism of Jerusalem.

  • What did you appreciate most for your research?

I took advantage of the library, of course. I have had courses that are sometimes more interesting than what I thought, but once again I really enjoyed being able to dialogue with researchers … to see people directly, in front of oneself, is an incomparable advantage. Some archaeologists are waiting to be asked complicated questions about their present, we live it through a real seminary so they accept to question their new theories, at our level it is a chance.

I also, of course, enjoyed the living environment. Being in the heart of Jerusalem, 5 minutes walk from the Holy Sepulcher but in a large garden, having the spiritual support of a Dominican convent and a group of students of various ages and horizons is appreciable , It’s really worth it !

Trois étudiants reviennent sur leur semestre à Jérusalem

Doctorants en thèse ou en fin d’études de théologie biblique et d’exégèse, Nathalie, le Père Stéphane et le Père Martin ont vécu et étudié à l’École biblique d’octobre 2016 à fin janvier 2017. Résidents de l’École et utilisateurs de notre bibliothèque de recherche, ils nous expliquent leurs démarches et les fruits de leur séjour.


IMG_3496Le P. Stéphane Blin, prêtre depuis bientôt 10 ans, originaire du diocèse de Nantes, est en 2ème année de Master d’Écriture Sainte à l’Institut Catholique de Paris. Il travaille sur « la signification du glaive dans la péricope de la prophétie de Siméon à Marie (Luc 2, 35) ».

  • Pourquoi être venu à l’École biblique ?

C’est à la fois la perspective d’être à Jérusalem, dans le berceau historique du judaïsme et du christianisme, l’idée de pouvoir me familiariser avec le pays pour plus tard y revenir avec des pèlerinages de mon diocèse qui m’attirait, mais aussi le fait de vivre avec d’autres biblistes et chercheurs, ce dont je ne profitais pas à Paris. J’étais heureux de pouvoir m’immerger dans ce cadre biblique.

  • Qu’étudiiez-vous à l’École ?

Je suivais le cours de topographie et d’histoire du Proche-Orient ancien du mardi avec fr. Dominique-Marie Cabaret OP, les cours d’hébreu et de grec ancien du fr. Marc Leroy OP et Christophe Rico. J’ai aussi profité des cours du fr. Étienne Nodet OP sur l’Église primitive et ses courants du Ier siècle.

  • Qu’avez vous apprécié sur place pour vos recherches ?

La bibliothèque est un atout précieux de l’École biblique. J’ai vraiment profité du fait d’y avoir un accès facile, permanent et optimal, ce sont des conditions très propices à un travail scientifique et de longue durée. L’ambiance est stimulante pour le travail. Ça a aussi servi mon rapport à la Bible, mon ouverture aux écritures, de fréquenter des chercheurs dans d’autres domaines. Par exemple, Mathieu Beaud, qui travaille comme historien de l’art pour le programme Bible en Ses Traditions et qui me parlait de mon sujet dans le domaine iconographique.

Vivre à Jérusalem est aussi une occasion de s’ouvrir à l’universalité de l’Église, avec les Églises locales…c’est un éveil que je ne cherchais pas spécialement en venant mais qui m’a rejoint. On profite aussi d’un cadre particulièrement agréable et d’une vie fraternelle nourrissante.




Portrait Nathalie Derore-Martin
Nathalie Derore-Martin, en deuxième année de thèse à l’Institut catholique de Paris sous la direction d’Olivier Artus, réalise un doctorat en Écriture Sainte. Elle travaille sur «les questions identitaires et l’ironie dans les chapitres 3 et 4 du premier épître de St Paul aux Corinthiens». Elle est aussi chargée de travaux dirigés en théologie à la Catho et a derrière elle 26 ans de carrière comme professeur de lettres classiques en zones d’éducation prioritaire.

  • Pourquoi être venue à l’École biblique ?

J’avais déjà réalisé le 2nd semestre en 2015, j’ai voulu venir terminer mon cycle, notamment pour profiter du cours de topographie mais aussi pour mon travail de thèse. À l’origine, j’avais entendu parler de l’École biblique par des étudiants de l’ICP et j’avais été encouragée par mon directeur de thèse à y aller. J’avais un vrai désir d’être sur le terrain, sur les traces de Saint Paul, de mieux réaliser les problèmes de l’Église primitive ici. Je suis aussi venue pour développer mes compétences en grec ancien à l’université Polis de Jérusalem et avec Christophe Rico (enseignant de l’École, ndlr), afin de mieux comprendre sa méthode, étant moi-même enseignante de grec biblique à Paris.

  • Qu’étudiiez-vous à l’École ?

Je suivais le cours du fr. Étienne Nodet OP sur les Églises primitives, le cours de Christophe Rico sur le grec dans le 4ème Évangile, le cours de topographie du fr. Dominique-Marie Cabaret OP, le séminaire Archéologie et Bible animé par Rosemary Le Bohec, fr. Lukasz Popko OP et Dominique-Marie Cabaret OP J’étais aussi élève du fr. Jorge Vargas OP en hébreu biblique et je suivais les cours de Grec II et Grec III. C’était en réalité très intense, à la réflexion j’aurai peut-être dû me restreindre un peu dans mes choix pour avoir plus de temps pour ma recherche… il y a trop de choix ! 

  • Qu’avez vous apprécié sur place pour vos recherches ?

J’ai vraiment pu profiter de la souplesse d’accès de la bibliothèque, de la proximité des professeurs, des échanges fructueux avec les visiteurs et les étudiants. Il y a toujours des chercheurs dont les sujets recoupaient le mien, tant sur le Nouveau testament que plus particulièrement sur Saint Paul. C’est unique d’avoir son bureau pour soi dans une bibliothèque si fournie. J’ai aussi apprécié la bonne ambiance interne qui permet des temps de détente et de partage, ça donne aussi du courage pour travailler.

Indirectement, la topographie m’a beaucoup apporté pour certaines choses : j’avais besoin pour ma recherche de comprendre les distances entre les lieux, les tensions à l’époque, la durée des navigations pour Saint Paul par exemple…

 

 


Portrait P. Martin GuyotLe Père Martin Guyot est prêtre depuis un peu plus de 2 ans, incardiné dans le diocèse de Versailles, il est membre de la communauté de l’Emmanuel. Il termine cette année sa licence canonique en Écriture Sainte de l’Institut Biblique Pontifical de Rome (Biblicum), conclue par un semestre à Jérusalem.

  • Pourquoi être venu à l’École biblique ?

Je tenais à passer par Jérusalem pendant mes études. Le partenariat avec le Biblicum concernait le dernier semestre d’études, ce qui, pour diverses raisons, me convenait parfaitement. Je dois aussi avouer qu’après 2 ans à Rome j’étais heureux de pouvoir à nouveau me former en français !

Je cherchais surtout l’aspect archéologique de la Terre sainte, le fait d’être sur place et de pouvoir accéder aux chercheurs, à ceux qui fouillent et connaissent les dossiers ici, plutôt que dans une salle de classe à Rome… Je voulais profiter de cette approche systématique du pays sur une longue durée, pouvoir revoir les lieux seul, les faire visiter aux gens de passage, c’était important pour moi. 

  • Qu’étudiiez-vous à l’École ?

Je suivais un cours intitulé Un ‘‘Livre des Quatre’’ » précurseur des douze petits prophètes, études sur Osée, Amos , Michée et Sophonie donné par fr. Marc Leroy OP, le cours sur le Livre des Juges de fr. Martin Staszak OP, un cours sur La confession des péchés dans l’Ancien Testament donné par le P. Maurice Gilbert SJ, un cours du fr. Anthony Giambrone OP intitulé Luke-Acts in the Context of Greco-Roman Historiography, le cours de topographie et d’introduction à l’histoire du Proche-Orient du fr. Dominique-Marie Cabaret OP, un séminaire sur l’archéologie de Qumrân donné par le fr. Jean-Baptiste Humbert OP et enfin le séminaire du fr. Cabaret sur l’urbanisme de Jérusalem.

  • Qu’avez vous apprécié sur place pour vos recherches ?

J’ai profité de la bibliothèque, évidemment. J’ai eu des cours parfois plus prenants que ce que je pensais mais encore une fois j’ai vraiment apprécié de pouvoir dialoguer avec les chercheurs…voir les personnes directement, en face de soi, c’est un avantage incomparable. Certains archéologues attendent qu’on leur pose des questions compliquées sur leurs recherches du moment, on vit cela à travers un vrai séminaire donc ils acceptent qu’on remette en cause leurs nouvelles théories, à notre niveau c’est une chance.

J’ai aussi, bien sûr, savouré le cadre de vie. Être en plein cœur de Jérusalem, à 5 min à pied du Saint Sépulcre mais dans un grand parc, avoir le soutien spirituel d’un couvent dominicain et d’un groupe d’étudiants d’âges et d’horizons variés c’est appréciable, ça vaut vraiment le coup !