La première génération: 1890-1940

Durant les dix premières années de l’École, Lagrange a choisi et formé des collaborateurs, et il réussit à constituer un corps professoral envié par tous. Marie-Antonin Jaussen (1871-1962) devint un pionnier en ethnographie arabe.

Louis-Hugues Vincent (1872-1960) se révéla comme le meilleur spécialiste de sa génération pour l’archéologie de la Palestine. Antoine-Raphaël Savignac (1874-1951) s’imposa en épigraphie sémitique.

Félix-Marie Abel (1878-1953) se consacra à l’histoire et à la géographie de la Palestine, domaines où il manifesta une telle érudition et un jugement si sûr qu’ils lui valurent une grande réputation dans le monde savant.

Édouard-Paul Dhorme (1881-1966) devint un célèbre assyriologue, et fut le premier à déchiffrer l’ougaritique. Lagrange lui-même a beaucoup écrit, tant sur le Nouveau Testament que sur des sujets annexes.

Pendant les cinquante années de leur intense collaboration interdisciplinaire (1890-1940), les membres de cette petite équipe publièrent 42 ouvrages importants, 682 articles scientifiques, et plus de 6200 recensions. Articles et recensions parurent dans la Revue biblique, fondée en 1892, tandis que les livres s’insérèrent dans la collection des Études bibliques, lancée en 1900.