LES CHERCHEURS SONT DE RETOUR À L’ÉCOLE

Après deux années un peu compliquées, les chercheurs sont de plus en plus nombreux à revenir à l’École biblique dont l’hôtellerie était pleine les dernières semaines. Nous avons demandé à Daniel Machiela, l’un des chercheurs habitués de l’École, sur quoi il travaillait et ce qu’il cherchait en venant à l’École biblique.

Quels sont vos projets de recherche en ce moment ?

« Je viens travailler sur un nouveau livre. Je suis en train de terminer un livre sur les manuscrits de la mer Morte et plus particulièrement sur ceux en araméen. C’est un gros livre très technique qui s’adresse aux universitaires dans le domaine de la recherche sur les manuscrits de la mer Morte et le judaïsme ancien. Il traite principalement des caractéristiques matérielles de la langue dialectique de l’araméen qui est utilisée dans les manuscrits et d’autres choses de ce genre.

Mais je commence un nouveau livre en ce moment même, pendant que je suis ici, qui sera beaucoup plus court et destiné à un public plus large. Il est également axé sur les manuscrits araméens de la mer Morte, mais en partant de la question de savoir ce qu’est cette littérature. Comment s’inscrit-elle dans le judaïsme de la période du second temple ? Quel est son rapport avec la Bible ? Quel est son rapport avec le judaïsme et le christianisme ultérieurs ? Pourquoi est-elle écrite en araméen et non en hébreu ? De quoi parlent les textes ? Ce livre sera donc une introduction à la littérature araméenne de Qumran. Je l’ai commencé avant de venir ; et l’objectif de mon séjour ici est de poursuivre la rédaction de ce livre, en espérant pouvoir écrire un peu. »

Pourquoi venir à l’École biblique ?

« C’est l’une des meilleures bibliothèques du monde pour ce que je fais, donc une des raisons de ma présence ici est certainement la bibliothèque qui est incroyable. Mais je dirais que c’est au moins autant pour l’ambiance et l’environnement de travail que je viens. C’est calme. Vous n’avez pas à vous soucier des repas. Vous avez une chambre ici pour que vous puissiez utiliser la bibliothèque 24 heures sur 24. Il y a un jardin dans lequel on peut se promener. Il y a des gens formidables et des collègues avec qui vous pouvez parler de votre travail. Et j’aime aussi le fait de pouvoir aller aux vêpres le soir. C’est tout simplement un endroit extraordinaire. Pour moi je pense que c’est le meilleur environnement de recherche que je connaisse. Je pense donc qu’il y a toujours ce désir de revenir, cette sorte d’appel à retourner à l’École, parce qu’elle a cette incroyable bibliothèque, mais parce que c’est aussi beaucoup plus que cela : c’est l’environnement lui-même, les gens qui sont ici. Si ce n’était qu’une bibliothèque, je pourrais aller dans beaucoup d’endroits. »

Daniel Machiela, professeur associé à McMaster University, Canada