Liste des sites

Dès sa fondation en 1890, l’École biblique est contemporaine des premières fouilles archéologiques en Palestine. Elle a assisté au développement des programmes scientifiques et à l’élaboration des disciplines de recherche sur le terrain. Le P. Joseph-Marie Lagrange, le fondateur qui a voulu lire la Bible dans le pays qui l’avait vu naître, avait conçu sa méthode de critique historique en posant le Texte sur le contexte archéologique, et plus largement avec l’orientalisme comme arrière-fond. Sa première préoccupation fut de découvrir le pays pour le mieux comprendre. Lagrange inaugura les explorations qui furent une des spécialités de l’École pendant cinquante ans (1890 – 1940).

Dans l’ordre chronologique, on doit mentionner, de la part des pionniers que furent Lagrange, Séjourné, puis Jaussen et Savignac, accompagnés des jeunes Vincent et Abel. Les voyages d’exploration faits avec les étudiants, les « caravanes bibliques », étaient toujours l’occasion d’une moisson archéologique et épigraphique soigneusement reportée dans la Revue biblique.

Les explorations :

1885-1892, fouilles du terrain de l’École biblique, pour la mise au jour des vestiges de la basilique byzantine d’Eudocie, en vue de sa restauration
1892, Mâdabâ, prospection archéologique et épigraphique
1893 puis 1896, Sinaï, exploration archéologique et épigraphique
1894, Masada, exploration topographique
1894, Transjordanie et Sud-Liban, prospection épigraphique
1895, Vallée du Jourdain, prospection archéologique et épigraphique
1896 puis 1898, Pétra, exploration archéologique et épigraphique, en lien avec l’Académie des Inscriptions et belles-lettres, Paris
1898, Hauran, prospection et relevés épigraphiques
1897, Mâdabâ, examen de la Carte de Mâdabâ, relevé, dessin colorisé et publication. Plusieurs séjours à Mâdabâ dans les années qui suivent, à dimension ethnographique
1898, Feinan (Punon, Phounon), découverte ; prospection et relevés épigraphiques
1899, Tell Gezer, détermination du plan et des limites, à la demande de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres
1900, Philistie, prospection archéologique et épigraphique
1904, ‘Abdeh du Negeb (‘Oboda/‘Avdat), prospection archéologique et épigraphique, en lien avec l’Académie des Inscriptions et belles-lettres
1908-début 1909, mer Morte, par le biais de la croisière autour de la mer Morte, mission archéologique, épigraphique, géographique et ethnographique
1907, 1909 et 1911, Arabie du Nord, au Hedjaz, exploration, moisson archéologique et épigraphique avec couverture photographique des sites nabatéens de Médaïn Saleh, al-‘Ela et Hereibeh par Jaussen et Savignac, en lien avec l’Académie des Inscriptions
1911, Transjordanie, les châteaux du désert, relevé architectural, épigraphique et iconographique, avec photographies, dans la foulée de la Mission en Arabie
1910 – 1913, vallée du Jourdain, plusieurs voyages des étudiants, permettant une moisson archéologique et épigraphique
1911, Jérusalem, Canal de Siloé et souterrains, couverture photographique et relevés systématiques pour le compte de la mission anglaise
1914, le littoral palestinien, les ports, géographie et prospection archéologique
1914, Palmyre, mission épigraphique et photographique pour l’Académie des Inscriptions
1915, Aden, relevés épigraphiques, par Jaussen
1916, îles de Rouad et de Castellorizo, explorées et photographiées par Savignac


Louis-Hugues Vincent a suivi tous les chantiers de fouilles du pays en cherchant sans cesse à en faire la synthèse chronologique ; il acquit ainsi une compétence archéologique reconnue par tous. Il passe pour un des fondateurs de l’archéologie palestinienne.

Avec Félix-Marie Abel, L.-H. Vincent produisit d’importantes monographies, études architecturales, archéologiques, épigraphiques et historiques, sur des monuments majeurs :

1911 à 1930, Jérusalem, la vieille ville et ses environs, en plusieurs volumes
1911, Bethléem, basilique de la Nativité
1920, Hébron, tombeau des Patriarches

Les voyages, explorations et prospections reprirent après la Grande Guerre, intégrant de jeunes religieux arrivés dans les années trente, comme Roland de Vaux ou Pierre Benoit, ou Tonneau, Barrois et Carrière.

1921 et 1937, Aïn Qedeis, prospection archéologique, relevé photographique
1922, Naby Samwil, l’église croisée
1935, Jebel Haroun, Pétra, prospection, photographies
1935, Tappouah, identification du site biblique
1938, Région du Salt, prospection archéologique et épigraphique
1950, Béthanie, examen épigraphique d’une grotte couverte de graffiti
1993-1998, Jordanie du Nord, exploration des sites du Bronze ancien, avec équipe espagnole


Des fouilles furent menées, de manière ponctuelle et sur une échelle modeste :

1919-1921, Aïn Douq, fouilles de la synagogue byzantine
1921, Naplouse, fouilles d’un hypogée romain
1921-1924, Beit Djebrin, fouilles d’une villa romaine, sur demande du Service des Antiquités du Mandat britannique
1924, Khirbet Heleileh, déblaiement d’une église byzantine
1924-1925, Amwâs, fouilles byzantines alentour de la basilique médiévale
1932 et 1934, Wadi Ramm, fouilles du temple nabatéen, sur demande du Service des Antiquités jordanien, puis de l’Académie des Inscriptions
1963, Khân Saliba, un ermitage byzantin

Les importants chantiers de fouilles archéologiques menés par R. de Vaux, J. Prignaud, J.-B. Humbert
1915, Éléonte, près Gallipoli, fouilles de sauvetage d’un établissement hellénistique
1926, Tell Neirab près d’Alep, (Syrie) fouilles de niveaux du Fer tardif. Projet proposé par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
1944, Abu Ghosh, caravansérail jouxtant de l’église croisée
1946-1960, Tell el-Farʽah, 9 campagnes dans Tirsa, capitale d’Israël avant Samraie
1951-1956, Khirbet Qumrân, exploration des grottes à partir de 1951, puis 4 campagnes de fouilles de l’établissement essénien, Service des Antiquité de Jordanie
1952, Wady Murabbaʽat, fouilles du refuge de Bar Korba, Service des Antiquité de Jordanie
1956 et 1961-1963, Jérusalem, au pied méridional de l’esplanade des mosquées, Service des Antiquité de Jordanie, expédition conjointe avec la British School of Archaeology
1958, Aïn Feshkha, fouilles d’un site en dépendance de Qumrân, Service des Antiquité de Jordanie
1959-1976, Saint-Sépulcre, restauration architecturale par Ch. Coüasnon, au nom de la Custodie de Terre Sainte
1971-1980, Tell Keisan (Galilée), huit campagnes, niveaux du Fer en Phénicie méridionale
1981-1991, Khirbet al-Samra (Jordanie), un établissement romain puis byzantin
1986, Mafraq (Jordanie), sondages dans un palais omeyyade
1988-1989 ; 1991 et 1994, Ammân, la Citadelle (Jordanie), vestiges d’un palais néo-assyrien, projet conjoint avec les Antiquités de Jordanie

Mission de coopération avec le Service palestinien des Antiquités à Gaza :
Blakhiyah, 1995-1997 ; 1999 ; 2003-2005 ; 2012, niveaux du Fer II jusqu’à l’époque romaine
Abassan el-Kabir, 1997, restauration d’un ermitage byzantin
Abu Barakeh, 1999 dépose d’un pavement de mosaïques
Mkheitim (Jabaliyah), 1998 -2020, fouilles d’un établissement ecclésiastique byzantin
Nusayrât (monastère saint Hilarion), 2002 – 2020, fouilles systématiques et/ou fouilles de sauvetage fouilles en coopération avec le Service palestinien ; projet de restauration 2018 – 2020

2008-2009, Jérusalem, Tombeau des Rois, tombeau monumental hérodien
2010-2011, Jérusalem, crypte de l’église St Jean-Baptiste, édifice religieux de l’antiquité tardive, sous l’égide de l’UNESCO
2011, Jérusalem, Mont des Oliviers, dépendances de la basilique de l’Éléona, sous l’égide du Consulat général de France à Jérusalem
2013, Domaine du couvent Saint-Étienne, sauvetage vestiges mamelouks