VOYAGE D’ÉTUDES DANS LE NÉGUEV

Après le voyage en Jordanie il y a quelques semaines, les étudiants viennent de terminer le dernier voyage d’études de l’année : trois jours dans le Néguev, à la découverte de cités nabatéennes, de forts romains et de paysages grandioses.

Nous avons demandé à quatre étudiants de témoigner sur les lieux qui ont marqué leur voyage :

Vue sur la cité nabatéenne d’Avdat.

« Le voyage au Néguev nous a menés au désert et sous le soleil déjà chaud du mois d’avril nous avons pu prendre conscience de l’importance des citadelles qui le jalonnaient. Avdat, cité nabatéenne stratégique pour surveiller les voies commerciales de la route de l’encens et des épices, se tient sur une hauteur d’où la vue est impressionnante. Outre la sécurité, elle assurait le ravitaillement indispensable des caravanes. Les murailles, termes et églises byzantines, dont on peut voir aujourd’hui les ruines, font de ce site un témoignage remarquable de ces époques qui courent du IVème au Xème siècle. »

Frère Éric B., O.Praem


Temple en l’honneur de la déesse Hathor, érigé au XIVème siècle avant notre ère.

« Ce qui frappe à Timna, c’est l’alliance du géologique, de l’humain et du sacré. Les hommes s’y sont installés il y a plus de 60 siècles pour y exploiter le minerai de cuivre ; les boyaux de mines et les vestiges des ateliers témoignent encore de leurs conditions de travail, et la roche conserve la trace de leur passage, sous la forme de gravures rupestres égyptiennes. À proximité se trouvent deux temples, installés dans un décor grandiose, sculpté de manière spectaculaire par le temps, le sable et le vent. Le divin occupe ainsi une place essentielle entre l’étonnante beauté de la nature et la merveilleuse invention par l’homme de la métallurgie. »

Bertille Le C.


L »une des trois églises byzantines de Shivta.

« À seulement 15 km de l’actuelle frontière égyptienne, les ruines de Shivta (Sobota) ont attiré l’attention des élèves de l’EBAF. Cette cité de l’ouest Néguev ne présente ni tell, ni murs de fortification, ni source, mais n’en fut pas moins prospère. Peut-être fondée au Ier siècle de notre ère, Shivta a connu son apogée à la période byzantine, alors qu’elle abritait un évêque dès le milieu du IVème siècle. Trois grandes églises, l’une fortifiée, de très belles absides conservant encore quelques traces de fresques (transfiguration), deux baptistaires, témoignent de cette richesse. Après une courte période d’islamisation, Shivta semble être définitivement abandonnée vers le milieu du IXème siècle. Toutefois, cette cité n’a pas livré tous ses secrets puisque les 3/4 de sa superficie restent à fouiller ! »

Père François S.


Vue sur Mamshit depuis la tour de garde.

« C’est au cours du premier jour du voyage dans le Neguev que nous avons visité le site de Mamshit. Une cité nabatéenne importante occupée au cours des époques romaine et byzantine, dont nous avons pu observer de nombreux vestiges encore en place et d’autres au coeur des constructions plus tardives. Ces vestiges témoignent de cette histoire, alliant architecture nabatéenne, réemplois, architecture et style byzantins. Une grande maison, lieu de vie nabatéenne, une cour à colonnes avec des chapiteaux nabatéens, des églises byzantines avec des sols décorés de mosaïques et des murs emprunts d’éléments nabatéens ont, entre autres, ainsi régalé nos yeux. »

Louise B.